Nourritures, maltraitances, défauts de soins… le nombre de plaintes dans les maisons de repos augmente

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.
Entrez votre adresse email :

Cette information concerne les maisons de repos et les soins prodigués aux seniors. Le nombre de plaintes a augmenté de 4 % en Wallonie (Belgique), entre 2012 et 2013. Les principaux griefs concernent le personnel et son organisation, mais aussi la maltraitance des personnes âgées.

Il y a deux semaines, Paulette, 89 ans, décédait dans une maison de repos belge. L’aide-soignante l’avait oubliée dans un bain trop chaud. Ce type d’incident est fort heureusement peu courant. Cela dit, le nombre de plaintes sérieuses contre les maisons de repos ne cesse d’augmenter d’année en année. En 2012, 182 plantes ont été comptabilisées contre 197 plaintes en 2013. Soit une augmentation de plus de 4%. Vincent Fredericq, secrétaire général pour la Fédération des maisons de repos de Belgique, état au micro de RTL-TVi: “197 sur 48.000 par rapport à 182 lors de l’exercice précédent. Il y a certes une augmentation, mais quand on voit la proportion de plaintes en rapport avec la population hébergée, je crois que nous sommes dans un secteur qui fonctionne correctement.”

Des plaintes inévitables

Nourritures, maltraitances, défauts de soins ou bâtiments trop vieux, la nature des plaintes et aussi riche que variée. Parmi les plus fréquentes, des qualités de soins jugées insuffisantes. Même tendance pour les plaintes visant le personnel et son organisation. Les cas de maltraitances ou de harcèlements représentent 12% du total. Maxime Prévot, vice-président du gouvernement wallon, fait savoir: “On ne peut pas, néanmoins, toujours être à l’abri d’un phénomène de violences qu’il soit physique, psychologique, économique à l’égard des personnes âgées. Contrairement à ce que l’on peut penser, ce n’est pas nécessairement en maison de repos, mais souvent dans le cercle familial que ces phénomènes de violences sont à constater.”

“Notre Toît” (notretoit.fr) est un bailleur solidaire, basé en Grande Région, spécialisé en habitat partagé, maisons passives, en achat immobilier ou location immobilière.

Il propose une alternative intéressante à la classique maison de retraite, mapad ou ehpad. Grâce à des résidences senior, des villages senior, Notre Toît.fr offre une large gamme de possibilité, de gain d’autonomie, allant jusqu’à l’appartement médicalisé, sous régulation médicale.

Partenaire actif des CGPI, Notre toît.fr se veut un acteur solidaire de la silver économie et du bien-être des seniors.

Un acteur solidaire également dans l’investissement immobilier, neuf ou locatif et dans l’achat locatif.

Avant d’arriver à la direction de la Région wallonne, les plaintes sont traitées au niveau local. Elles sont encore là encore nombreuses. Une certitude, les maisons de repos ne connaissent pas la crise. Elles affichent complet en permanence. L’âge moyen des pensionnaires est de 85 ans. Des pensionnaires qui restent en moyenne pour une durée de trois ans.

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »